Histoire de Busigny

L’Histoire de Busigny en quelques phrases

L’histoire de Busigny est une aventure ancienne et complexe qui commence avec certitude à la période gallo-romaine et où chacun des grands faits de l’Histoire du pays trouve un écho parfois retentissant.

Busigny a d’abord été une ville frontière entre des peuplades gauloises, les nerviens au Nord-Est (Hainaut), les Atrebates (Artois) au Nord-Ouest et les Viromuendes au Sud (Vermandois). Profondément ancrée dans le paysage, cette situation se maintiendra tout au long de l’empire gallo-romain et pendant la période féodale ou Busigny restera à la charnière des trois comtés issus de la disparition de l’empire gallo-romain : Le comté du Hainaut qui fait partie du Saint Empire romain Germanique, L’évêché de Cambrai dont l’évêque a acquis le titre de comte et longtemps convoité par le comté des Flandres et le comté du Vermandois, en apparence plus stable et plus paisible.

Busigny retirera un statut particulier de cette situation avec l’octroi d’une des premières chartes communales accordée en 1201 par l’évêque de Cambrai au terme d’une longue période de troubes propice aux légendes entre les seigneurs du lieu et l’évêché. Les seigneurs successifs de Busigny ne tireront jamais vraiment profit de cette libéralité, écartelés qu’ils sont entre les influences de leurs puissants voisins.

La seigneurie de Busigny sera caractérisée par la présence d’un château fort né probablement des premières installations gallo-romaines que des fouilles conduites en 1847 ont mis à jour. Il évoluera au fil du temps et des destructions successives pour devenir une résidence agréable au cours du XVIIIème siècle, transformé en ateliers de tissage à la fin du XIXème siècle, il disparait définitivement en 1972 et il ne subsiste plus à ce jour que les tours encadrant l’ancienne entrée.

La révolution a marqué l’entrée de Busigny dans l’histoire contemporaine. En 1805 l’un des fournisseurs du premier empire acquiert le Château de Busigny pour l’offrir en dot à sa fille mariée à un aide de camp de Napoléon, le général Rapp dont la carrière militaire fut glorieuse. Le mariage de « raison » ne dure pas et c’est finalement Charles de Villoutreys, un autre officier de Napoléon à la carrière sulfureuse et second époux de Mlle Vanlenberghe, qui s’installera à Busigny et militera avec le parti légitimiste pour le retour du roi.

Cet épisode un peu romanesque, s’est déroulé parallèlement au développement de la vie communale. Du vote de la loi du 14 décembre 1789 qui crée les communes et les départements, à la loi municipale de 1884 qui dessine les contours des municipalités modernes, l’administration de la commune échappe peu à peu aux règles anciennes et s’affermit autour de la collectivité. Si le bâtiment de l’actuelle mairie est construit vers la première moitié du second empire (probablement en 1862), c’est un autre évènement qui fait basculer Busigny dans une autre aventure : Celle de l’arrivée du chemin de fer en octobre 1855.

Agriculture, commerce et artisanat d’un côté et Centre ferroviaire d’un autre vont à partir de cette date apporter une dualité à la commune de Busigny, créer deux pôles de vie et d’activité qui ne fusionneront vraiment qu’après l’extinction progressive des activités ferroviaires au cours des années 1960.

L’aventure ferroviaire aura marqué profondément le village pendant un siècle et lui auront valu d’être plus encore que par le passé impliqué dans les conflits. Les premiers bombardements de Busigny sont ceux (terrestres) de l’armée prussienne en janvier 1871, suivis par les premiers bombardements aériens de la première guerre mondiale et l’anéantissement presque complet de la gare et de son quartier le 30 avril et 2 mai 1944.

L’activité industrielle et l’ouverture de la commune vers d’autres horizons ont favorisé la présence des mouvements de pensée plus ou moins prégnants, qu’ils soient syndicaux, corporatistes ou utopistes avec la présence d’une société espérantiste ils étaient les indicateurs d’une forte vie sociale qui s’est réduite. Un phénomène peut être imputable à la disparition de frontières locales et à la disparition d’enjeux tactiques, gageons pour le futur que ce ne sera pas une voie vers l’isolement d’un territoire mais au contraire une voie vers la Paix.

Quelques photos

Quelques vidéos

© 2021 Mairie de Busigny - Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies - Connexion